S6 TÉLÉ->VISION

March 18, 6 pm to 7:30 pm, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari (Galerie Colbert – 2, rue Vivienne – Paris 2ème – 1er étage), et Online Via Zoom (no registration needed)

Le sixième rendez-vous de notre séminaire aura lieu par Zoom le 18 mars 2024, de 18h à 19h30. Il s’agira d’une session, en français, en présentiel, également retransmise par Zoom, avec Noé Maggetti (Université de Lausanne) qui présentera une conférence ayant pour titre : La “télé-vision” comme machine narrative autour de 1900.

The sixth session of our seminar will be on March 18, 6 p.m. to 7:30 p.m. (CET-PARIS TIME). We will be hosting a hybrid session at INHA (Paris) and via Zoom with Noé Maggetti (Université de Lausanne) who will present in French on : La “télé-vision” comme machine narrative autour de 1900.

Paul d’Ivoi, Le Docteur Mystère (1900)

La « télé-vision » comme machine narrative autour de 1900

À partir des années 1880, plusieurs projets d’appareils visant à transmettre des images en direct à l’aide de l’électricité sont élaborés par certains  scientifiques et vulgarisateurs. Toutefois, aucune de ces machines nommées « téléphote », « photophone » ou encore « tétroscope » ne connaît d’existence concrète à la Belle Époque. Ce n’est pas pour autant que le concept de « télé-vision » ne se voit pas largement décliné : il est en effet récupéré par des journalistes, des illustrateurs, des opérateurs de cinématographe ou des romanciers qui en imaginent les usages possibles en les mettant en scène dans leurs productions textuelles ou picturales. Plus encore, en tant que fantasme technique, la « télé-vision » semble tout particulièrement propice à stimuler les imaginaires et apparaît comme un véritable embrayeur de récits dans des sources de différente nature – romans d’aventure ou d’anticipation, chroniques et dessins publiés dans la petite presse ou encore vues cinématographiques. L’enjeu de la présentation sera donc de considérer la « télé-vision » comme une véritable machine narrative, en proposant un inventaire des récits que ce concept très discuté autour de 1900 a permis de produire.

Noé Maggetti est assistant diplômé auprès de la Section d’histoire et esthétique du cinéma de l’Université de Lausanne. Il réalise une thèse à la croisée de l’histoire de la littérature et du cinéma sous la direction des professeures Maria Tortajada et Marta Caraion, portant sur les représentations médiatiques de dispositifs de vision et d’audition à la Belle Époque. Il est membre du comité de rédaction des revues Décadrages. Cinéma à travers champs et Archipel, dans lesquelles il a publié plusieurs articles. Il collabore de plus régulièrement avec la revue en ligne Acta Fabula, dans laquelle il a rédigé plusieurs comptes rendus.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search