HYPNOSCOPIE

Plaquette_JE_22_NOV_3

Journée d’étude

Jeudi 22 novembre 2018, INHA, salle Vasari

« HYPNOSCOPIE »
Hypnose, arts et dispositifs optiques dans la culture visuelle du passage du siècle (1880 –1914).

Cette journée s’inscrit dans la continuité du programme de recherche « COSA MENTALE. Arts et cultures psychiques (XIXe – XXIe siècles)». Elle se donne pour objectif de réunir des universitaires dont les approches méthodologiques croisent archéologie des médias et culture visuelle sur cette période. Il s’agira d’analyser les liens entre théories, instrumentations et pratiques de l’hypnose médicale à la fin du XIXe siècle et le développement de nouvelles propositions et dispositifs visuels, notamment à travers la culture du spectaculaire des nouveaux médias (projections chromo- lumineuses, cinématographie) dans les relations étroites que ces derniers entretiennent, historiquement, avec des modèles épistémologiques offerts par la psychologie expérimentale.

09h30 Ouverture de la journée
Pascal Rousseau, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

10h15 Arnaud Maillet, université Paris-Sorbonne.

Une goutte d’encre dans le creux de la main: hypnose et palamomancie

11h00 Pause café

HYPNOSE APPAREILLÉE ET SPECTACLES DE SUGGESTION

11h15 Mireille Berton, université de Lausanne, Suisse.

Du spectacle de magnétisme au cinématographe: hypnose appareillée et fabriques de corps automatiques

12h00 Alessandra Ronetti, Scuola Normale Superiore de Pise / université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Chromo-hypnose. Les pratiques de suggestion
dans Le peintre néo-impressionniste (1910) d’Émile Cohl

12h45 Pause déjeuner

MACHINES HYPNOTIQUES ET THÉORIE DE LA FOULE

14h30 Emmanuel Plasseraud, université Lille 3.

L’hypnose et la foule cinématographique dans la théorie du cinéma à l’époque muette

15h15 Fleur Hopkins, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / BnF.

Ondogène et autres machines à hypnotiser les foules
dans l’imaginaire merveilleux-scientifique

16h00 Discussion

16h30 Apéritif

INHALab. Médias imaginaires

 

 

 

 

Les médias prophétiques

 

L’Institut national d’histoire de l’art,

 

Fleur Hopkins (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/BnF),
Pierre-Jacques Pernuit (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
Alessandra Ronetti (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/École normale supérieure de Pise)

 

ont le plaisir de vous convier à la deuxième séance du séminaire

 

Médias imaginaires : Les Médias prophétiques

vendredi 19 octobre 2018 de 15h à 19h

 

 

Le “Spiritoscope », Robert Hare, « Experimental Investigation of the Spirit Manifestations, Demonstrating the Existence of Spirits and Their Communion with Mortals », New York, Partridge and Brittan, 1856.

 

Cette séance accorde une place de choix à un aspect fondateur des études sur les médias imaginaires : les capacités « médiumniques » et supranaturelles des médias imaginaires, entre « occulture » et spectacularisation de la société.

 

Intervenants : 

Simone Natale, (Université de Loughborough), « Amazon can read your mind: A media archaeology into the imaginary of digital media ».

In parapsychology, the ability to gain information about others’ thoughts through extrasensory perception is called mind reading. Since this term was introduced in the second half of the nineteenth century, however, it has been employed in very different contexts, too. In the field of computer science, technologies programmed to understand and react to people’s emotions and mental states have been described as “mind reading computers.” Likewise, algorithms that allow one to anticipate the behavior of users and consumers and provide them with tailored offers and services –such as Google ads or Amazon’s “anticipatory shipping”- have also been assimilated within the mind reading hermeneutic. How can we explain this complex intertwining between technology and the occult? The talk addresses this question by locating the association between digital media technologies and the imaginary of mind reading within the development of cybernetics and Artificial Intelligence in the 1940s-50s, when researchers such as Claude Shannon started to present computer programs as “mind reading machines.” Addressing the idea of mind reading computers provides a viewpoint into the ways notions and narratives related to the supernatural enter the cultural imaginary of digital media and technologies.

Simone Natale is a Lecturer in Communication and Media Studies at Loughborough University, UK. He is the author of Supernatural Entertainments: Victorian Spiritualism and the Rise of Modern Media Culture (Penn State University Press, 2016, paperback 2017) and the editor, with Nicoletta Leonardi, of Photography and Other Media in the Nineteenth Century, also published by Penn State University Press (2018). He is presently working on a monograph about the cultural history of the Turing Test.

Philippe Baudouin,  (France Culture), « Gaston Bachelard au pays des voix. Science, radio et télépathie ».

Lorsque Gaston Bachelard, philosophe et poète, donne en 1949 une causerie sur la rêverie et la radio, il livre à ses auditeurs un véritable manifeste. A la fois conférence étonnante et expérimentation sonore, l’intervention de Bachelard propose avec malice et ironie de développer un imaginaire des ondes, à mi-chemin entre le monde de la technique et celui de la télépathie. « Radiodiffuser les principes de la rêverie », expérimenter le « rêve éveillé » : tels sont quelques-uns des mots d’ordre du philosophe pour qu’advienne enfin une utopie des ondes.

Philippe Baudouin est philosophe, réalisateur à France Culture et membre du Groupe de recherche sur la culture de Weimar (Maison des Sciences de l’Homme-Paris Nord). Il est l’auteur d’Au microphone: Dr. Walter Benjamin (MSH,2009) et a dirigé la publication du recueil Écrits radiophoniques de Walter Benjamin (Allia, 2014). Par ailleurs, ses recherches sur l’histoire de l’occultisme l’ont amené à publier Les Forces de l’ordre invisible. Émile Tizané (1901-1982), un gendarme sur les territoires de la hantise (Le Murmure, 2016). Il prépare actuellement une anthologie sonore des phénomènes occultes, à paraître sur le label Sub Rosa.

 

Institut national d’histoire de l’art Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari

 

2 rue Vivienne ou 6 rue des Petits-Champs, 75002 Paris

 

Métro : Bourse ou Palais-Royal

 

 

Les médias anticipatifs

 

L’Institut national d’histoire de l’art,

Fleur Hopkins (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/BnF),
Pierre-Jacques Pernuit (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
Alessandra Ronetti (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/École normale supérieure de Pise)

ont le plaisir de vous convier à la première séance du séminaire

Médias imaginaires : Les Médias anticipatifs

lundi 1er octobre 2018 de 15h à 18h

L’histoire de l’art s’ouvre depuis quelques années maintenant à la discipline méconnue de l’archéologie des médias. Fort de ce constat, le projet Médias imaginaires entend réfléchir au concept central de « médias imaginaires » c’est-à-dire des appareils et instruments qui n’ont jamais vu le jour car irréalisables, sont restés au stade de brouillons, de concepts ou qui n’existent que dans l’imaginaire d’écrivains et d’artistes. Cette vie rêvée des appareils peut prendre trois formes: des médias anticipatifs tournés vers le futur imaginaire ou possible des artefacts que nous connaissons aujourd’hui ; des médias invasifs et autres appareils d’emprise qui prennent le contrôle de l’utilisateur; des médias prophétiques, capables de communiquer avec les mondes invisibles.

Albert Robida, Un commutateur transportait instantanément au fond de l’Asie, faisant apparaître…, illustration de Camille Flammarion, La fin du monde, Paris, E. Flammarion, 1894

Ce projet, porté par l’association IMAGO, comprend l’organisation de plusieurs activités scientifiques et de manifestations publiques au cours des quatre mois de résidence, notamment un séminaire de recherche international en trois séances, une exposition dans la salle dédiée au projet (salle Roberto Longhi, galerie Colbert) et un atelier avec Tony Oursler (sous réserve). 

Cette séance introductive porte sur la possibilité d’étudier des médias parfaitement imaginaires, tel que l’a préconisé Kluitenberg, figure essentielle de l’Archéologie des médias et à l’origine de l’ouvrage fondateur The Book of Imaginary Media. Excavating the Dream of the Ultimate Communication Medium en 2006.

Intervenant : Eric Kluitenberg (Dutch Art Institute, Pays-Bas), « On the Art of Imaginary Media »

Institut national d’histoire de l’art Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari

2 rue Vivienne ou 6 rue des Petits-Champs, 75002 Paris

Métro : Bourse ou Palais-Royal

 

S5 Conclusion du séminaire « Cultures visuelles »

L’association IMAGO a le plaisir de vous inviter à la séance de conclusion de son séminaire « Cultures visuelles », qui se déroulera le mercredi 18 avril 2018, à 18h, en salle VASARI (INHA – Galerie Colbert – 2, rue Vivienne – 1e étage).

Cette séance vise à réfléchir aux rapports entre l’Histoire des arts et les Études visuelles, en mettant tout particulièrement l’accent sur leurs apports réciproques et plus spécifiquement sur la contribution de la première aux Études visuelles.
Ensuite, nous aborderons la question du positionnement des Media studies et de l’Archéologie des médias par rapport aux Etudes visuelles et nous interrogerons la notion de « cultures visuelles ». 

Les organisateur-e-s recevront à cette occasion Antonio Somaini, co-auteur de l’ouvrage Cultura visuale. Immagini, sguardi, media, dispositivi (Torino, Einaudi, 2016) et espèrent vous y accueillir nombreuses et nombreux.

Antonio Somaini,  professeur en études cinématographiques, études visuelles, théorie des médias à l’Université Paris 3, présentera une conférence intitulée : « L’historicité de la vision : culture visuelle, histoire de l’art, théorie des médias ».

Dès ses premières occurrences dans les écrits de Béla Balázs et de László Moholy-Nagy, le concept de « culture visuelle » est étroitement lié à l’idée que vision et visible sont historiquement déterminés, et que leur historicité est liée à celle des appareils et des dispositifs qui encadrent l’acte de voir et tracent le partage entre visible et invisible. Nous reviendrons sur cette question qui est encore au cœur des études sur la culture visuelle, en croisant des références provenant de l’histoire de l’art (Riegl, Wölfflin, Panofsky, Baxandall, Alpers) ainsi que de l’histoire des théories de la photographie, du cinéma et des médias (Balász, Benjamin, Epstein, Kracauer, Moholy-Nagy, Vertov).

L’équipe organisatrice :

Alessandra Ronetti

Fleur Hopkins

Pierre-Jacques Pernuit

S4 « MÉDIAS » DU SÉMINAIRE « CULTURES VISUELLES »

11 avril 2018, 4ème atelier méthodologique, salle GRODECKI, 18h00-20h00  : « MÉDIAS »

L’association IMAGO a le plaisir de vous inviter à la quatrième séance de son séminaire de recherche qui présentera cette fois la notion de « MÉDIAS ». Elle illustrera les développements principaux de la théorie et de l’archéologie des médias en tant qu’approches méthodologiques pour la recherche en histoire de l’art.

Pierre-Jacques Pernuit, doctorant à l’Université Paris 1 introduira la séance avec une analyse de la notion de « MÉDIAS».

Les organisateur-e-s recevront à cette occasion Riccardo Venturi, pour une réflexion autour de « La géologie comme modèle esthétique à l’époque de l’Anthropocène ».

Riccardo Venturi est historien de l’art et critique. Il a notamment collaboré avec les institutions suivantes : le Pavillon Italien de la 55ème Biennale de Venise (2013), le Maxxi, le Museo nazionale delle Arti del XXI secolo (Rome), l’Accademia Nazionale di San Luca (Rome), le Center for Italian Modern Art (New York), le Film Forum Festival de Gorizia, le Victoria and Albert Museum (London). Riccardo Venturi a été Postdoctoral Fellow à la Phillips Collection Center for the Study of Modern Art, puis à la George Washington University de Washington entre 2012 et 2016. Ancien pensionnaire à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) à Paris, Riccardo Venturi écrit régulièrement sur la culture visuelle (« Cristalli liquidi ») dans « Alias », le supplément italien du magazine « Il manifesto » et collabore fréquemment au magazine Newyorkais Artforum. Il a notamment écrit Mark Rothko. Space and its discipline (Electa, Milan 2007), première monographie en italien sur l’artiste, Black paintings. Eclipse on Modernism (Electa, Milan 2008), une étude du monochrome dans la peinture d’Ad Reinhardt et Frank Stella, et Passione dell’indifferenza. Francesco Lo Savio (Humboldt Books).

independent.academia.edu/rventuri

L’équipe organisatrice :

Alessandra Ronetti

Fleur Hopkins

Pierre-Jacques Pernuit

S3 « DISPOSITIFS » DU SÉMINAIRE « CULTURES VISUELLES »

La troisième séance du séminaire « Cultures visuelles » de l’association IMAGO se déroulera le mercredi 7 mars 2018, à 18h, en salle INGRES (INHA – Galerie Colbert – 2, rue Vivienne – 2e étage).

L’association IMAGO a le plaisir de vous inviter à la troisième séance de son séminaire de recherche qui présentera cette fois la notion de « DISPOSITIFS ». Elle illustrera comment les études visuelles ont abordé la question du dispositif, en évoquant la querelle dans les études cinématographiques, jusqu’à l’essor plus récent de l’écranotologie, de la techno-esthétique et aussi la réévaluation de cette notion, dans le cadre de l’archéologie des médias. Les organisateur-e-s recevront à cette occasion Maxime Boidy, auteur de l’ouvrage Les études visuelles (PUV, 2017) et espèrent vous y accueillir nombreuses et nombreux.

 

Alessandra Ronetti, doctorante à l’Université Paris 1 et à l’ENS de Pise modèrera la séance et présentera la notion de « DISPOSITIFS ».

Maxime Boidy,  chercheur postdoctoral associé au LabToP – CRESPPA (UMR 7217), présentera quant à lui une conférence intitulée : « Dispositif, technique et culture », dans laquelle il montrera comment la notion plurielle de dispositif permet aux études visuelles de penser le rapport social et sociopolitique entre des individus médiatisé par des images.

La notion de dispositif occupe une place à part au sein des études de culture visuelle. Il s’agit en effet d’un concept marqué par une histoire visuelle dont les origines remontent au concept chrétien d’« économie ». Incontournable dans d’autres domaines des études culturelles, elle invite à réfléchir aux idées attenantes de technique et de culture afin de penser la relation du corps sensible à l’environnement social et politique.

Maxime Boidy est actuellement chercheur postdoctoral associé au LabToP – CRESPPA (UMR 7217). Il a soutenu en 2014 une thèse de sociologie sur la culture visuelle et l’iconographie politique de la tactique d’action urbaine du black bloc. Ses travaux portent principalement sur l’histoire intellectuelle des savoirs visuels et sur les esthétiques de la représentation politique. Traducteur de plusieurs ouvrages du théoricien étasunien des Visual Studies W.J.T. Mitchell, parmi lesquels Iconologie : image, texte, idéologie (Les prairies ordinaires, 2009), il a récemment publié Les Études visuelles (Presses universitaires de Vincennes, 2017).

L’épique organisatrice :

Alessandra Ronetti

Fleur Hopkins

Pierre-Jacques Pernuit

 

S3 « DISPOSITIFS » du séminaire « Cultures visuelles »

BIBLIOGRAPHIES

 

S2 « REGARDS » DU SÉMINAIRE « CULTURES VISUELLES »

La deuxième séance du séminaire « Cultures visuelles » de l’association IMAGO se déroulera le mercredi 7 février 2018 à 18h en salle CIRHAC (Galerie Colbert – 2, rue Vivienne – Paris 2e – 1er étage).

L’association IMAGO a le plaisir de vous inviter à la deuxième séance de son séminaire de recherche en cultures visuelles qui présentera la notion de « REGARDS » et illustrera comment les études visuelles permettent de faire l’histoire de la construction du regard en utilisant aussi l’imagerie populaire et la petite imagerie. Les organisateur-e-s recevront à cette occasion Patrick Peccatte, informaticien, co-initiateur du projet PhotosNormandie, chercheur en culture visuelle (redocumentarisation, pulps & comics, théories de la fiction, métadonnées…), et espèrent vous y accueillir nombreuses et nombreux.

Fleur Hopkins, doctorante à l’Université Paris 1 et chercheuse associée au Département Sciences et Techniques de la Bibliothèque Nationale de France, introduira la séance avec une analyse de la notion de « REGARDS ».

Les taxonomies-clefs de « paradigme visuel », « d’épistémè » et de « régime scopique », appliquées au passage du siècle, seront mobilisées au travers d’un cas d’étude : celui de la science-fiction ancienne. Cette étude sera l’occasion de souligner comment certains chercheurs (Milner, Smajic, Goulet) utilisent les spectacles oculaires, les théories d’optique physiologique et l’histoire de la vision pour mettre au jour des productions littéraires et, inversement, comment certaines œuvres romanesques permettent d’identifier un paradigme visuel propre à la fin de siècle et à son nouvel horizon oculaire.

Patrick Peccatte, présentera quant à lui une conférence intitulée : « L’imagerie des dinosaures dans les pulp magazines et les comics », dans laquelle il montrera comment les études visuelles peuvent s’étendre aux manifestations imagées de la culture populaire.

Les pulps et les comics ont abondamment représenté des dinosaures dans les histoires qu’ils proposaient, et ces illustrations ont largement contribué à construire la fascination qu’ils exercent dans la culture ordinaire ainsi que les thématiques narratives dans lesquelles ils interviennent. Pour repérer et qualifier les principales thématiques qui se dégagent, il est nécessaire d’examiner attentivement de vastes corpus d’images.
L’exposé décrit le résultat d’une enquête visuelle portant sur une collection de plus de 2000 images sourcées extraites de pulps et de comics complétée par quelques dizaines d’images provenant d’autres supports. Le corpus documenté ainsi rassemblé a été analysé afin d’identifier les figures visuelles récurrentes. À titre d’exemple, on peut mentionner les catégories suivantes : les illustrations à prétentions scientifiques, les prospectives sur les trucages cinématographiques, les dinosaures participant à une guerre, les dinosaures extraterrestres, les dinosaures cosmonautes, les mondes fossiles survivants, les dinosaures congelés, les bébés dinosaures, les voyages dans le temps, les figurations amusantes destinées aux enfants (funnies), les formes atypiques (dinosaures miniaturisés, tachetés, colorés, invisibles, à deux têtes, etc.), les « hybridations » de formes (avec des monstres marins, avec des dragons, avec des robots, les chimères dinosaures-humains, etc.), les « hybridations » narratives (dans des histoires de super-héros, dans des westerns, avec des « jungle girls » ou des « cave girls »- y compris dans des situations érotiques), etc.

Organisation

Fleur Hopkins
Pierre-Jacques Pernuit
Alessandra Ronetti

S1 « IMAGES » DU SÉMINAIRE « CULTURES VISUELLES »

Première séance du Séminaire d’IMAGO, 31 janvier 2018, INHA, salle Vasari, 18h-20h

L’association IMAGO a le plaisir de vous inviter à la première séance de son séminaire de recherche en cultures visuelles qui se déroulera le mercredi 31 janvier de 18h à 20h en salle Vasari (Galerie Colbert – 2, rue Vivienne – Paris 2ème – 1er étage) :

  • Pascal Rousseau, professeur d’Histoire de l’art contemporain à l’Université Paris 1, introduira la séance avec une analyse de la notion d’« IMAGES ».

S1 « IMAGES » du séminaire « Cultures visuelles »

BIBLIOGRAPHIES

Appel à contributions

Carnet de l’Association IMAGO – CULTURES VISUELLES (Paris, 2018)

L’association IMAGO – CULTURES VISUELLES a le plaisir de lancer un appel à publications pour son carnet en ligne, hébergé sur la plateforme Hypothèse.

Nous invitons les personnes intéressées à nous envoyer des propositions de comptes rendus d’expositions, d’ouvrages ou encore de projets de recherche, qui abordent la question des cultures visuelles, des études visuelles et de l’archéologie des médias, privilégiant surtout l’époque contemporaine (XIXe-XXIe siècles).

Nous publions aussi sur notre carnet les annonces de colloques, de séminaires et de journées d’étude en lien avec les cultures visuelles.

Les jeunes chercheur.e.s de tous les champs disciplinaires rattachés aux sciences humaines et sociales sont particulièrement encouragé.e.s à envoyer leurs propositions d’articles.

Les propositions peuvent être envoyées toute l’année au comité de rédaction, en français, en italien et en anglais à l’adresse : imagocv.contact@gmail.com.

Les contributions finales ne pourront dépasser les 10.000 signes (espaces inclus). Elles pourront être accompagnées d’illustrations, ainsi que d’une bibliographie.

Pour de plus amples informations sur le carnet IMAGO – CULTURES VISUELLES et les modalités de soumission, veuillez-vous référer aux indications disponibles sur https://imagocv.hypotheses.org.

Appel à contributions

IMAGO | Cultures Visuelles

Ce carnet de recherche a pour vocation principale la valorisation des activités scientifiques (ateliers, séminaires etc.) organisées par IMAGO, association de recherche en cultures visuelles (XIXe-XXe siècles) créé en 2017 au sein de l’axe de recherche « cultures visuelles » du laboratoire HICSA de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Labex CAP). IMAGO se donne pour mission de témoigner de l’ouverture de l’Histoire de l’art à des disciplines ou à des méthodologies de travail émergentes telles que l’archéologie des media, les études visuelles, les études populaires et plus largement les études culturelles.

Notre intention est de mettre à disposition des étudiant-e-s, doctorant-e-s, docteur-e-s et chercheur-e-s confirmés une plateforme d’échange interdisciplinaire visant à diffuser les savoirs et les questionnements nombreux que soulèvent ces nouveaux horizons de la recherche autour d’une notion ouverte et plurielle de « culture visuelle ».

À cet égard, nous souhaitons animer ce carnet par une veille d’actualités, sous forme de notes ou de compte-rendus, afin de diffuser les informations concernant les projets de recherche, colloques, ouvrages ou expositions. Enfin, ce carnet propose la publication régulière d’outils et de ressources bibliographiques ainsi que la construction d’un réseau interuniversitaire.