Tous les articles par imagocv

Call for Papers | VIEW Journal of European Television History and Culture | Echoes and Frequencies. Tele-Visions and Wireless Technologies. 19th-21st Centuries.

As part of its Tele->Visions research program, IMAGO-Cultures Visuelles members Léa Dreyer, Evgenii Kozlov, Pierre-Jacques Pernuit, Clara Royer will co-edit with Anne-Katrin Weber (Université de Lausanne) an issue of VIEW: The Journal of European Television History & Culture. Below is the call, which can also be found here.

In 1924, the “Jenkins Picture-Strip Machine,” a wireless-photography transmission device invented by the U.S. television pioneer Charles Jenkins, was used as part of an ambitious astronomy experiment. On August 21, the closest the planet Mars had been to Earth in eight years, all U.S. radio stations were asked to pause their broadcasts for five minutes in anticipation of the pick-up of possible Martian signals. The Jenkins Machine recorded onto film on this occasion a series of dots and dashes: traces of radio waves that weren’t sent by any Martian creature but were in fact a manifestation of the natural phenomenon known as “cosmic noise.” At the peak of the interwar “communications euphoria,” such “radio vision” fostered “an aesthetic of the [electromagnetic] signal” (Gethmann, 2013, p.75). This example is a telling case of the cultural reception of the profound epistemic shift marked by the discovery of Hertzian waves and their rapid deployment in telecommunications, a process that began in the late nineteenth century with the development of wireless telegraphy and radio. Beyond the mere absence of cable, this shift brought about a new media paradigm with social, political, artistic, and philosophical resonances which have frequently been reassessed as new wireless technologies have emerged. For instance, the “wireless being” described by computer scientist Nicholas Negroponte in 2002 in response to the expansion of Wi-Fi (Negroponte, 2002) echoed and updated the “new and astonishing world” of wireless technologies described by William Crookes as early as 1892 (Crookes, 1892 p. 174).

Expanding the scope of the international conference Tele-Visions: Technologies of Ubiquity in Visuals Arts held in Paris on October 3 and 4, 2023, this issue of VIEW Journal of European Television History and Culture invites inquiries into the discourses and practices of tele-visions reflecting a shift toward a wireless epistémè. Beyond the medium of television itself, the plural “tele-visions” refers to the variety of remote viewing technologies and image transmission techniques, from radar to satellite and up to Wi-Fi, which have configured new models for the circulation and transmission of visual contents. At the crossroads of art history, media studies and STS—including, but not limited to, visual studies, broadcasting studies, radio studies and sound studies—as well as in echoes of recent inquiries into the circulation and transportation of images (Jenkins, Ford and Green 2018, Mostakova, 2021, Feitved, 2013) contributors to this issue are invited to explore the electromagnetic dimension of tele-vision technologies1. Throughout the last 10 years, this discipline-cum-methodology branched out into various disciplines, fostering a hybridization that challenges the common conceptions held in the fields of humanity and histories of technology (Galili & Huhtamo 2020). Echoes of this new academic pursuit have been felt in the realm of television studies and have prompted detailed rereading of the history of the medium as well as excavation of its unexpected aspects (Galili, 2020, Weber 2022), as evidenced by the 2015 issue of View “TV Archeologies” edited by Andreas Fickers and Anne-Katrin Weber (Fickers and Weber, 2015). Following up on these recent research endeavors, we encourage contributions from authors with different expertise and interests in “tele-vision,” alongside (but not limited to) the following themes:


1 — SPECTRAL IMAGINARIES

We invite scholars to draw on the “imaginary media” (Kluitenberg, 2006) that have anticipated and shaped the very idea of wireless tele-vision. Well into the interwar period, multiple models for understanding electromagnetism coexisted in popular conceptions. Reflections on the ether that have accompanied the birth of abstraction throughout what scholars have called “vibratory modernism” (Henderson, 2002; Enns, Trower, 2013), have influenced the work of the historical avant-gardes as early as Kupka’s turn-of-the-century dreams of a “telepathic” painting. Further on, planetary and cosmic aspirations have found expression through cultural conceptions such as Gene Youngblood’s videosphere (Youngblood, 1970), that in part designates the electromagnetic paradigm of tele-vision.

This issue also welcomes papers discussing the cultural intersections of parasciences and the electromagnetic spectrum as well as the cultural histories of “electronic presence” and “technical delusion” (Sconce, 2000; 2019). We believe that the fantasies of a shared electromagnetic space that inhabit the imaginaries of the radiophonic, televisual and computer wireless networks and communities can help to outline an electromagnetic archeology of tele-vision.

Sound studies have already invited media studies to reconsider the electromagnetic spectrum in its sensorial, aesthetic and social implications. Inclusive and transversal understandings of electromagnetic energy fields, ranging from visible light to radiowaves, have given rise to transductive regimes that have sparked what scholars have called “signal plenitude” and “panaurality” (Kahn, 1999; Kahn, 2014). We therefore welcome papers exploring the productive intersection of sound studies and visual culture, renewing approaches to tele-visions through accounts of energies of “abiotic” origin.

2 — SEEING BY FREQUENCIES: FROM THE INTERFACES TO THE INFRASTRUCTURES OF THE WIRELESS

The wireless or Hertzian turn has marked an important shift in the long history of remote vision techniques. If the optical vision has always been connected to the human eye, increasing its reach by ever-evolving prosthetic devices, the wireless is part of a modern reconfiguration of the vision now organized both as transmission and visualization: it brings closer what is far away through the transportation of images and signs, and embraces into the field of vision what was excluded from it.

This expanded field of visibility opens up to physical realities that are accessible to the human eye only to the extent that an interface allows it: from the visualization of X-rays, generating its own visual culture (Natale, 2011), to the dynamic screens of radars as ingenious forms of real-time imaging (Geoghegan, 2019), the electromagnetic spectrum continuously produces traces intercepted, stored and translated into a variety of inscriptive and tele-visual media. These artifacts possess not only technical and scientific significance but also carry cultural and artistic implications. Indeed, the electromagnetic spectrum itself could be transformed into a source from which new artistic forms may be derived or even intercepted, as exemplified by the works of Swedish artist Lars Fredrikson (1926–1997) and within the broader context of telematic art. We welcome papers exploring this direction not only within visual arts and cultures but also extending far beyond, encompassing the vast realm of remote-seeing practices envisioned here as material practices.

Though frequently associated with the immaterial and the invisible, putting forward the very absence of cables, the wireless relies on an extensive communication infrastructure (Starosielski, 2015), often relegated into the background, either through the proliferation of interfaces, or through strategies of concealment or even camouflage (Parks, 2009). However, as evidenced by the recent scholarly interest in the logistical and infrastructural media, rendering devices (interfaces) are not conceivable without capturing devices (antennas and sensors broadly defined), as well as infrastructures connecting the former and the latter together. We encourage submissions that explore and shed light on this infrastructural dimension of remote viewing practices.


3 — NAVIGATING ELECTROMAGNETIC TERRITORIES

This third track invites scholars to delve into the intricate interplay between the territorial nature of electromagnetic waves and the geopolitical forces that inform their trajectories. As they cross territories, waves bring with them a tapestry of geographic, political, and environmental issues. Each country establishes its own set of rules and standards governing their use, resulting in a patchwork of broadcasting standards across different geographic territories. As a result, the electromagnetic spectrum reflects a complex web of international relations, trade agreements, national policies, and techno-diplomatic negotiations (Balbi and Fickers, 2020).

We encourage papers that scrutinize the intricate dynamics of “electromagnetic politics,” ranging from the regulatory allocation of frequency spectra to the subversive realms of hackingresistancediversion, and pirate radio, including deliberate disruptions or control of signals. This may include reflections on cultural diplomacy during the Cold War, postcolonial approaches in the context of the Non-Aligned Movement, as well as insights into the global governance of space-related technologies, including satellites and their footprints (Parks, 2005; Slotten, 2022).

As the environmental turn of media studies reminds us (Horn, 2018; Peters, 2015), elements are the primary carriers of media and it is crucial to recognize nature as the backdrop of wireless technologies. The topography of the Earth is a critical factor influencing the transmission of electromagnetic signals. Mountains, bodies of water, and atmospheric conditions present challenges that necessitate technological adaptations. We invite inquiries into waves as natural resources, prompting an examination of anthropic influence on the geopolitical dynamics of mediated spaces.

1  On the topic of the circulation of images, see the recent Symposium “Transporting Images,” an “Economies of Aesthetics” Symposium held at Brown University on October 20, 2024 and convened by Peter Szendy.


***


Paper proposals (max. 500 words) are due on June 15, 2024 June 22, 2024 Submissions should be sent to journal@euscreen.eu. A notice of acceptance will be sent to authors early July 2024.

Articles (between 3,000 – 6,000 words) will be due on December 31, 2024. Longer articles are welcome, provided that they comply with the journal’s author guidelines (https://www.viewjournal.eu/about/submissions/).

All articles will be peer-reviewed.

For further information or questions about the issue, please contact the co-editors at imago.tele.visions@gmail.com.


BIBLIOGRAPHY

Gabriele Balbi and Simone Natale, “The Double Birth of Wireless: Italian Radio Amateurs and the Interpretative Flexibility of New Media,” Journal of Radio & Audio Media, 22-1, 2015, pp. 26‑41.

Gabriele Balbi and Andreas Fickers, History of the International Telecommunication Union (ITU): Transnational techno-diplomacy from the telegraph to the Internet, Berlin and Boston: De Gruyter, 2020.

William Crookes, “Some Possibilities of Electricity,” Fortnightly Review, February 1, 1892, pp. 174-176.

Judd A. Case, “Logistical Media: Fragments from Radar’s Prehistory,” Canadian Journal of Communication, 38-3, 2013, pp. 379‑396.

Sophie Duplaix, “Om, Ohm ; ou les avatars de la Musique des sphères. Du rêve à la rêverie, de l’extase à la dépression,” in Sophie Duplaix and Marcella Lista (eds.), Sons & Lumières : une histoire du son dans l’art du XXème siècle, Paris: Centre Georges Pompidou, 2004, pp. 91-101.

Anthony Enns and Shelley Trower (eds.), Vibratory Modernism, Houndmills, Basingstoke, Hampshire (UK) and New York: Palgrave Macmillan, 2013.

Wolfgang Ernst, Sonic Time Machines: Explicit Sound, Sirenic Voices, and Implicit Sonicity, Amsterdam: Amsterdam University Press, 2016.

Arlid Fetveit, “The Ubiquity of Photography,” Throughout: Art and Culture Emerging with Ubiquitous Computing, edited by Ulrik Ekman, 89–102. Cambridge, MA: MIT Press, 2013.

Andreas Fickers, “Visibly Audible: The Radio Dial as Mediating Interface,” in Trevor Pinch and Karin Bijsterveld (eds.), The Oxford Handbook of Sound Studies, New York: Oxford University Press, 2012, pp. 411–39.

Andreas Fickers et Anne-Katrin Weber, « Editorial: Towards an Archaeology of Television », 4-7, 2015 <https://viewjournal.eu/articles/10.18146/2213-0969.2015.jethc076>.

Doron Galili, Seeing by electricity: cinema, moving image transmission, and the emergence of television, 1878-1939, Durham, Duke University Press, 2020.

Bernard Dionysius Geoghegan, “An Ecology of Operations: Vigilance, Radar, and the Birth of the Computer Screen,” Representations, 147-1, 2019, pp. 59‑95.

Daniel Gethmann, “The Aesthetics of the Signal: Noise Research in Long-Wave Radio Communications,” Osiris, 28-1, 2013, pp. 64‑79.

Linda Dalrymple Henderson, “Vibratory Modernism: Boccioni, Kupka, and the Ether of Space,” in Linda Dalrymple Henderson and Bruce Clarke, From Energy to Information. Representation in Science and Technology, Art, and Literature, Stanford (California): Stanford University Press, 2002, pp. 126‑49.

Erkki Huhtamo et Doron Galili, “The pasts and prospects of media archaeology”, Early Popular Visual Culture, 18-4, 2020, pp. 333‑339.

Eva Horn, “Air as Medium,” Grey Room, 73, 2018, pp. 6‑25.

David Kaiser, How the Hippies Saved Physics: Science, Counterculture, and the Quantum Revival, New York: W. W. Norton & Company, 2012.

Douglas Kahn, Noise, Water, Meat: A History of Sound in the Arts, Cambridge (Mass.): The MIT Press, 1999.

— Earth Sound Earth Signal, Energies and Earth Magnitude in the Arts, Berkeley: University of California Press, 2013.

— (ed.), Energies in the Arts, Cambridge (Mass.): The MIT Press, 2019.

Henry Jenkins, Sam Ford, and Joshua Green, Spreadable Media: Creating Value and Meaning in Networked Culture, New York, New York University Press, 2018;

Eric Kluitenberg (ed.), The Book of Imaginary Media: Excavating the Dream of the Ultimate Communication Medium, Rotterdam: De Balie, NAi Publishers, 2006.

Adrian Mackenzie, Wirelessness: Radical Empiricism in Network Cultures, Cambridge (Mass.), The MIT Press, 2010.

Olga Moskatova (dir.), Images on the Move: materiality—networks—formats, Bielefeld, transcript, 2021.

Simone Natale, “The invisible made visible: X-Rays as Attraction and Visual Medium at the End of the Nineteenth Century,” Media History, 17-4, 2011, pp. 345‑58.

Nicholas Negroponte, “Being Wireless,” Wired, 10-10, 2002. Online: <https://www.wired.com/2002/10/wireless/> [consulted on 23/02/24].

Georges Roque, “Ce grand monde des vibrations qui est à la base de l’univers,” in Serge Lemoine and Pascal Rousseau (eds.), Aux origines de l’abstraction: 1800-1914, Paris: Réunion des musées nationaux, 2003, pp. 50-67.

Ned Rossiter, “Logistical Media Theory, the Politics of Time, and the Geopolitics of Automation,” in Matthew Hockenberry, Nicole Starosielski, and Susan Zieger (eds.), Assembly Codes: The Logistics of Media, Durham: Duke University Press, 2021, pp. 132–50.

Jenna Supp-Montgomerie, When the Medium Was the Mission: The Atlantic Telegraph and the Religious Origins of Network Culture, New York: NYU Press, 2021.

Lisa Parks, Cultures in Orbit: Satellites and the Televisual, Durham: Duke University Press, 2005.

— “Around the Antenna Tree: The Politics of Infrastructural Visibility, Flow,” February 2024. Online : < https://www.flowjournal.org/2009/03/around-the-antenna-tree-the-politics-of-infrastructural-visibilitylisa-parks-uc-santa-barbara/ > [consulted on 26/02/2024].

John Durham Peters, Florian Sprenger, and Christina Vagt (eds.), Action at a Distance, Lüneburg; Meson Press, 2020.

John Durham Peters, Speaking Into the Air: A History of the Idea of Communication, Chicago: University of Chicago Press, 1999.

— The Marvelous Clouds: Toward a Philosophy of Elemental Media, Chicago: University of Chicago Press, 2015.

Marc Raboy, Marconi: The Man Who Networked the World, New York: Oxford University Press, 2016.

Jeffrey Sconce, Haunted Media: Electronic Presence from Telegraphy to Television, Durham: Duke University Press, 2000.

— The Technical Delusion: Electronics, Power, Insanity, Durham: Duke University Press, 2019.

Hugh R. Slotten, Beyond Sputnik and the Space Race: The Origins of Global Satellite Communications, Baltimore: Johns Hopkins University Press, 2022.

Nicole Starosielski, Signal Traffic: Critical Studies of Media Infrastructures, Chicago: University of Illinois Press, 2015.

— The Undersea Network, Durham: Duke University Press, 2015.

— “The Elements of Media Studies,” Media+Environment, 1-1, 2019.

Ghislain Thibault, “Bolts and Waves: Representing Radio Signals,” Early Popular Visual Culture, 16-1, 2018, pp. 39‑56.

Gene Youngblood, Expanded Cinema, New York: Dutton, 1970.

Anne-Katrin Weber, Television before TV: New Media and Exhibition Culture in Europe and the USA, 1928-1939., S.l., Am Univ Press, 2022.

Woodruff Turner Sullivan, Cosmic noise: a History of Early Radio Astronomy, Cambridge (UK ) and New York: Cambridge University Press, 2009.

TÉLÉ—>VISIONS : SÉMINAIRE IMAGO-CULTURES VISUELLES 2024

[ENGLISH BELOW]

Dans la continuité du thème des Télé-Visions et de l’étude de l’impact des technologies d’ubiquité dans les arts visuels, nous organisons six séances de séminaire à partir de janvier 2024 avec des invités internationaux, comprenant à la fois des chercheurs et des artistes.

Cette année, notre séminaire adoptera un format hybride, combinant des sessions en ligne et sur place à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), à Paris. Les liens Zoom seront fournis début janvier pour faciliter l’accès.

Notre premier rendez-vous aura lieu le 25 janvier 2024. Il s’agira d’une session en ligne avec John Durno (Université de Victoria), Mikhel Proulx (Université Queen’s) et Hank Bull (Western Front), qui exploreront l’impact des technologies de l’information et de la communication dans le Canada des années 1970-1980 et se pencheront sur l’art du Télidon, le technonationalisme et bien plus encore.

______________________________

January 25, 6 pm to 8 pm (CET), Zoom, (no registration needed)

  • John Durno (University of Victoria), Shapes Blown Apart: Telidon Art and the Struggle to Appropriate Canadian Videotex
  • Mikhel Proulx (Queen’s University), Technonationalism and Telematic Art in Canada: Vera Frenkel’s String Games (1974)
  • Hank Bull (Western Front), Conversation With…

February 9, 6 pm to 7:30 pm (CET), Online

  • Sylvie Pierre (Université de Lorraine), Jean Christophe Averty : engagement et expérimentation à la télévision française

February 29, 6 pm to 8 pm (CET), Online

  • Philip Glahn (Temple University) and Cary Levine (University of North Carolina at Chapel Hill), (In)Dividual Technologies: Televisual Embodiment in the Work of Mobile Image

March 18 , 6 pm to 7:30 pm, salle Vasari (Institut National d’Histoire de l’Art)

  • Noé Magetti (Université de Lausanne), La télé-vision comme machine narrative autour de 1900

April 19, 6 pm to 8 pm, salle Walter Benjamin (Institut National d’Histoire de l’Art) et via Zoom (no registration needed)

  • Marie Vicet (Université Paris Nanterre), Interventions d’artistes sur le Minitel en France (1983-1989)

May 2, 6 pm to 7:30 pm (CET), Online only, Via Zoom (no registration needed)

  • Lori Emerson (University of Colorado Boulder), The Material Lives of Phantasmic Networks

______________________________

Expanding on the theme of Tele-Visions and the impact of technologies of ubiquity in the visual arts, we have curated six sessions featuring international guests, with both researchers and artists. We eagerly anticipate delving into their latest work on this fascinating topic.

This year, our seminar will adopt a hybrid format, combing online and onsite sessions at the Institut national d’histoire de l’art (INHA). Zoom links will be provided in early January for easy access. Stay tune for updates.

For now, please mark your calendars for January 25! We’re hosting an online session with John Durno (University of Victoria), Mikhel Proulx (Queen’s University), and Hank Bull (Western Front). Join us as we explore the impact of information and communication technologies in 1970s-1980s Canada, delving into Telidon art, technonationalism, and much more.

TELE-VISIONS PARIS-INHA-OCTOBER 3/4

IMAGO-Cultures Visuelles tient à remercier tous les participants et le public nombreux du colloque international Tele-vision : Technologies de l’ubiquité dans les arts visuels (XIXe-XXIe siècle) qui s’est tenu les 3 et 4 octobre à l’INHA à Paris. Merci d’avoir fait de cet évènement un espace de dialogues et d’échanges passionnants !

IMAGO-Cultures Visuelles would like to thank all the participants and the vast audience who attended the international conference “Tele-vision: Technologies of Ubiquity in the Visual Arts (19th-21st Centuries)” held on October 3rd and 4th at INHA in Paris. Thank you for the exciting dialogues and exchanges!

Conference : Tele → Visions: Technologies of Ubiquity in the Visual Arts, 19th-21st centuries (Paris, 3–4 Oct 23)

[VF en contrebas]

This event is convened by the research group IMAGO-Cultures Visuelles (Dr. Pascal Rousseau, Professor of Contemporary Art History, Dr. Pierre-Jacques Pernuit, and Ph.D. candidates Léa Dreyer, Evgenii Kozlof and Clara M. Royer) from the Centre de recherche Histoire Culturelle et Sociale de l’Art (HiCSA), with its generous support as well as that of the École Doctorale 441 d’Histoire de l’art, the Collège des écoles doctorales de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne and the Laboratoire International de Recherches en Art (LIRA EA7343, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle).

The international symposium Télé—Visions brings together a body of recent work on the influence of emission, transmission and reception technologies in the visual arts and visual culture, from the 19th century to the present. Beyond the medium of television itself, the plural “tele-visions” refers to the variety of remote viewing and image transmission techniques which, from semaphores to wireless telegraphy and up to fiber optics and contemporary networks, have configured new models for the circulation and transmission of images. Dialoguing with the history of science and technology as well as with media archaeology, the contributors to the conference will explore broad topics such as the joint evolution of perceptual regimes and remote transmission techniques, the modalities of “prosthetic vision,” the material effects of image transmission and the spatio-temporal issues inherent to network dynamics.


This conference takes as its core hypothesis that the “conquest of ubiquity” by the transport of images at any time and in any place described by Paul Valéry in 1928 anticipated the contemporary society of globalized exchanges and, as such, marks a turning point in the history of art. The association IMAGO—Cultures Visuelles proposes to study this turning point, placing it within the historical panorama of the great artistic changes brought about by technology, in the spirit of the importance respectively given to reproduction and storage technologies by Walter Benjamin and Friedrich A. Kittler. Recent research in media studies shows a growing interest in visual telecommunication technologies through such key concepts of “circulation,” “flow” and “network.” Télé—Visions proposes to broaden the scope of this new conceptual understanding of images by exploring the social factors, cultural strategies and technical-aesthetic concerns that have shaped the history of transmitted images and the artistic use of telecommunications.

This event is free and open to the public without reservation. The conference will be live-streamed via Zoom. It will be held in French and English.

For those of you who will not be able to join us on-site, please do not hesitate to connect on Zoom by following these links:

DAY 1 – https://pantheonsorbonne.zoom.us/j/97611932825…

DAY 2 – https://pantheonsorbonne.zoom.us/j/97002188404…

Venue : Auditorium Jacqueline Lichtenstein, Institut national d’histoire de l’art (INHA), 2 rue Vivienne 75002 Paris, France.

You can access the complete conference program through the following link :

https://drive.google.com/file/d/1b-QjfrGIBx7Jt1Ldvpn27-RTUxJpymSg/view?fbclid=IwAR3IQ4WTyXzIElPxPdZmF71V5Pv6nIt4EndIIO92wQtaOFNvAOch9Q-walg

PROGRAM

TUESDAY, October, 3

2 p.m. Introduction

2:15 pm Pascal Rousseau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Psychométrie. Le tact de la vision à distance

2:45 pm André Lange (histv.net), L’invention littéraire de la vision à distance

3:15 pm Coffee break

3:30 pm Evgenii Kozlov (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Carrying the Sign into the Distance: Aerial Telegraphy, or Writing/Reading Images in the Landscape

4:00 pm Doron Galili (University of Gothenburg/Stockholm University), Recording and Transmitting Electrical Images in the Fin-de-siecle

4:30 pm Coffee break

4:45 pm Antonio Somaini (Université Sorbonne-Nouvelle), Transparency, Dissolution, Wireless Transmission: László Moholy-Nagy’s Dematerialization of Technical Media

5:15 pm Pierre-Jacques Pernuit (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Distant Lights: Avant-garde TV Experiments in the Interwar 

WEDNESDAY, October, 4

9:30 am Gillian Young (Wofford College), Archaeologies of Telepresence in the Early Work of Joan Jonas

10:00 am Léa Dreyer (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), “Some Circumstances that Separate Us”: Implicit Sonicity in Lars Fredrikson’s Fax Art

10:30 am Beatriz Escribano Belmar (Universidad de Salamanca), Reproduction, Transmission, and Distance: Revealing the Aesthetics of Poor Images in Artistic Fax Exchanges

11:00 am Coffee break

11:15 am Francesco Spampinato (Università di Bologna), Access to Tools: Guerrilla Television, Media Art and the late 1960s Counterculture

11:45 am Jean-Paul Fourmentraux (Aix-Marseille Université), Sousveillance: L’œil du contre-pouvoir

12:15 am Lunch break

2:00 pm Anne-Katrin Weber (Universität Basel), Televisual Mission Control, ca.1969

2:30 pm Brooke Belisle (Stony Brook University), Mediating the Moon: Imaging as Observation and Simulation

3:00 pm Coffee break

3:15 pm Clara M. Royer (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Communicationsphere: Sarah Dickinson and Aldo Tambellini’s geopolitics of telepresence

3:45 pm Kris Paulsen (Ohio State University), Martian Time Slips: Telepresent Views of a Future Mars

4:15 pm Discussion and closing remarks.

—-—-—-

Le colloque international Télé — Visions fédère un ensemble de récents travaux portant sur le rayonnement des technologies d’émission, de transmission et de réception dans les arts plastiques et la culture visuelle, du XIXe  siècle à nos jours. Au-delà du médium de la télévision en lui-même, le pluriel « Télé — Visions » fait référence à la pluralité des techniques de vision à distance et de transmission d’images qui, des sémaphores à la télégraphie sans fil, en passant par la fibre optique et jusqu’au réseau informatique contemporain, ont configuré de nouveaux modèles de circulation et de transmission des images selon des principes de flux et d’immédiateté. Au prisme d’un dialogue avec l’histoire des sciences et des techniques et l’archéologie des médias, les intervenant·e·s interrogeront l’évolution conjointe des régimes de perceptions et des techniques de transmission à distance, les modalités de la « vision prosthétique », les effets matériels de la transmission des images et les problématiques spatio-temporelles inhérentes aux dynamiques des réseaux.

L’hypothèse qui motive ce projet est que la «conquête de l’ubiquité» par le «transport» des images «à tout moment» et «en tout lieu» décrit par Paul Valéry en 1928, a anticipé la société d’échanges mondialisés que nous connaissons aujourd’hui et marque, à ce titre, un tournant dans l’histoire de l’art et des images. L’association IMAGO propose d’étudier ce virage en l’inscrivant dans le panorama historique des grands bouleversements artistiques entraînés par le perfectionnement de la technologie, au même titre que la reproductibilité technique et les technologies de stockage respectivement étudiées par Walter Benjamin et Friedrich A. Kittler. La recherche récente en étude de médias donne à voir un intérêt croissant pour les technologies de télécommunications visuelles à travers les concepts clefs de « circulation », de «flux » et de « réseau », trois notions qui participent d’un renouvellement théorique des conceptions de l’image. Télé — Visions donne suite à ces travaux et propose d’en élargir la portée par l’exploration des facteurs sociaux, des stratégies culturelles et des préoccupations technico-esthétiques ayant façonné l’histoire des images transmises et de l’utilisation artistique des télécommunications.

techno-images. Configurations visuelles et médias (XIXe-XXIe siècles)

Journée d’études interdisciplinaire dans le cadre du Campus Condorcet, 5 novembre 2019.

Guilherme Machado (université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle /Goethe Universität),

Antoine Prévost-Balga (université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle /Goethe Universität)

Pierre-Jacques Pernuit (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),

Alessandra Ronetti (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/École normale supérieure de Pise)

ont le plaisir de vous convier le 5 novembre 2019 de 9H à 18H à la journée d’études interdisciplinaire « Techno-images »

Elle s’interroge sur les images issues des cultures techniques et visuelles de la modernité, dans une perspective de travail héritée de l’archéologie des médias. «Techno-images» explore, au travers de huit communications, les pratiques des images institutionnelles, scientifiques, publicitaires, opérationnelles, psychotechniques dans les cultures visuelles, sur une chronologie allant du XIXe au XXIe siècles.

Si la distinction entre « images traditionnelles » (traditionelle bilder) et « images techniques » (technische bilder) est évoquée par le philosophe des médias Vilém Flusser pour décrire l’image photographique – et plus spécifiquement les images produites par des appareils techniques (apparate) – le projet « Techno-images » propose de réfléchir à la notion à la fois complémentaire et concurrentielle de « techno-image », en la replaçant dans le cadre du tournant « techno-culturel » des médias. Dans la continuité des travaux sur la « culture technique » ou « les techniques de la culture » (Kulturtechniken), apparus à partir des années 1990 dans le contexte de la Medienwissenshaft (Kittler, Siegert), notre recherche s’interroge sur les images produites par les instruments techniques et les diverses pratiques qui contribuent à définir une culture donnée. Ce projet étudie aussi les différentes formes de visualisation ou de configuration visuelle, comprises comme techniques culturelles. À cet égard, nous nous proposons de questionner la notion de « techno-image » de manière interdisciplinaire, afin d’ouvrir aux nouveaux horizons de la recherche, qui interprètent les médias comme des réseaux d’opérations, capables de reproduire, déplacer, traiter et refléter les distinctions fondamentales d’une culture.

Programme

9h15 Introduction


9h30 Ouverture par Pascal Rousseau, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université Paris 1

10h00

Images techniques et technicité des images chez Vilém Flusser

Francesco Restuccia, la Sapienza-Università di Roma

10h30

Projection : Harun Farocki, Schlagworte – Schlagbilder. Ein Gespräch mit Vilém Flusser, 1986 (7Min.).

11h00

Camera Atomica – Technicité et temporalité des images des explosions atomiques.

Antoine Prévost-Balga, Doctorant à la Goethe-Universität

11h30 Pause-café

12h00

Chromo-hygiène : images psychotechniques et moteur humain au début du XXe siècle

Alessandra Ronetti, ATER à l’Université Paris 1

12h30

Discussion

13h00 Pause déjeuner

14h30

Image opérative et productivité : l’esthétique fonctionnelle du travail

Guilherme Machado, Doctorant à l’Université Paris 3 et à la Goethe-Universität

15h00

Technique industrielle vue à travers l’objectif : de la photographie constructiviste à l’Enthousiasme (1930) de Dziga Vertov et K.SH.E (1932) d’Esther Choub

Natalia Milovzorova, Doctorante à l’Université Paris 3

15h30 Pause-café

15h45

L’art de la Mobile Color aux Etats-Unis: pour une archéologie techno-esthétique de la lumière projetée

Pierre-Jacques Pernuit, Doctorant à l’Université Paris 1

16h15

Projection: extraits de Lumia : The art of Light (1981) de Christian Sidenius (5min).

Projection Simon Starling, Black Drop, 2012 (27Min.)

17h00

Conclusion par Antonio Somaini, professeur en études cinématographiques, visuelles et théorie des médias à l’Université Paris 3.


17h30 Apéritif

5 novembre 2019 – 9H-18H

Salle Claude Simon,

Maison de la recherche – Sorbonne- Nouvelle, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris

Entrée libre

Workshop “TÉlÉplaste” avec Tony oursler

L’Institut National d’Histoire de l’Art,

Fleur Hopkins (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/BnF),

Pierre-Jacques Pernuit (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),

Alessandra Ronetti (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/École normale supérieure de Pise)

ont le plaisir de vous convier le 22 janvier 2019 de 14H à 19H à un workshop en présence de l’artiste Tony Oursler   

 Lors de cet événement qui marque le point d’orgue du projet INHAlab2018 « Médias imaginaires », l’artiste américain Tony Oursler, figure essentielle de l’art vidéo qui réfléchit depuis plusieurs années maintenant aux médias invasifs, anticipatifs et prophétiques (The Influence Machine, 2016), s’intéressera à un curieux brevet d’Antoine Cros, du nom de « Téléplaste », c’est-à-dire un transmetteur de matière ou plus simplement une machine à téléporter. L’artiste proposera un atelier participatif où sera décrypté, étudié et imaginé le brevet de Cros, montrant les liens nombreux qui existent entre archéologie des médias et création contemporaine.  

Intervenants

Tony Oursler, artiste 

Pascal Rousseau, professeur d’histoire de l’art contemporain, Paris 1 Panthéon-Sorbonne 

22 janvier 2019 – 14H-19H

Salle Longhi

Institut national d’histoire de l’art6, rue des Petits-Champs ou 2, rue Vivienne75002 Paris  

Entrée libre

Les Médias invasifs

 

L’Institut national d’histoire de l’art,

Fleur Hopkins (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/BnF),
Pierre-Jacques Pernuit (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
Alessandra Ronetti (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/École normale supérieure de Pise)

 

ont le plaisir de vous convier à la troisième séance du séminaire

 

Médias imaginaires : Les Médias invasifs

jeudi 6 décembre 2018 de 17h à 19h

Couverture « Work and learn while you sleep », Science and invention

Cette séance finale, construite autour du paradigme des technologies d’emprise, se recentre sur la peur (et la paranoïa) récurrente du contrôle et de l’invasion par la technique, comme l’étudie actuellement le théoricien des médias Jeffrey Sconce dans son projet à venir sur la technical delusion ou encore le théoricien de la littérature Yves Citton dans son analyse récente de la « médiarchie ».

 

Intervenants

    • Yves Citton (université Paris 8)
  • Jeffrey Sconce (université Northwestern)


Yves Citton 

Titre : Invaders from the Inside

Abstract: 

Where is one to locate “power” when speaking of media (or of “mediarchy”)? Inside, rather than above, as it is the case in our imaginary of political power (the King, the President, the boss), or rather than below, as it is the case in the Marxist economic theory of the infra-structures. The power of the media is not so much ubiquitous as it is intra-structural. Invasive media invade us from the inside! What can that mean? That is what this talk will attempt to figure out, first in presenting a few general theses, then in opening the discussion on their validity.

 

Jeffrey Sconce

Titre : The System

Abstract : 

Electronics can be thought of as the politics of electricity, a social dynamic of particular concern to those deemed  « mad, » « insane, » and « psychotic » over the past two centuries.  This talk examines the historical power(s) imagined to be behind the biopolitical drive toward invasive electronics, a paranoid project that often concretizes the metaphorical association of the body and the « body politic. »  From the 19th-century asylum to the « Truman Show Delusion, » the « mad » have demonstrated a frequently cogent suspicion, not only of media technologies, but also of the larger « systems » believed to develop and enforce a politics of the electronic.  

 

Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari

Institut national d’histoire de l’art

6, rue des Petits-Champs ou 2, rue Vivienne

75002 Paris

Entrée libre

Plaquette_JE_22_NOV_3

Journée d’étude

Jeudi 22 novembre 2018, INHA, salle Vasari

« HYPNOSCOPIE »
Hypnose, arts et dispositifs optiques dans la culture visuelle du passage du siècle (1880 –1914).

Cette journée s’inscrit dans la continuité du programme de recherche « COSA MENTALE. Arts et cultures psychiques (XIXe – XXIe siècles)». Elle se donne pour objectif de réunir des universitaires dont les approches méthodologiques croisent archéologie des médias et culture visuelle sur cette période. Il s’agira d’analyser les liens entre théories, instrumentations et pratiques de l’hypnose médicale à la fin du XIXe siècle et le développement de nouvelles propositions et dispositifs visuels, notamment à travers la culture du spectaculaire des nouveaux médias (projections chromo- lumineuses, cinématographie) dans les relations étroites que ces derniers entretiennent, historiquement, avec des modèles épistémologiques offerts par la psychologie expérimentale.

09h30 Ouverture de la journée
Pascal Rousseau, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

10h15 Arnaud Maillet, université Paris-Sorbonne.

Une goutte d’encre dans le creux de la main: hypnose et palamomancie

11h00 Pause café

HYPNOSE APPAREILLÉE ET SPECTACLES DE SUGGESTION

11h15 Mireille Berton, université de Lausanne, Suisse.

Du spectacle de magnétisme au cinématographe: hypnose appareillée et fabriques de corps automatiques

12h00 Alessandra Ronetti, Scuola Normale Superiore de Pise / université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Chromo-hypnose. Les pratiques de suggestion
dans Le peintre néo-impressionniste (1910) d’Émile Cohl

12h45 Pause déjeuner

MACHINES HYPNOTIQUES ET THÉORIE DE LA FOULE

14h30 Emmanuel Plasseraud, université Lille 3.

L’hypnose et la foule cinématographique dans la théorie du cinéma à l’époque muette

15h15 Fleur Hopkins, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / BnF.

Ondogène et autres machines à hypnotiser les foules
dans l’imaginaire merveilleux-scientifique

16h00 Discussion

16h30 Apéritif

Séminaire “Médias imaginaires” (oct. 2018-déc. 2018)

 

 

 

 

 

Les Médias invasifs

 

L’Institut national d’histoire de l’art,

Fleur Hopkins (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/BnF),
Pierre-Jacques Pernuit (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
Alessandra Ronetti (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/École normale supérieure de Pise)

 

ont le plaisir de vous convier à la troisième séance du séminaire

 

Médias imaginaires : Les Médias invasifs

jeudi 6 décembre 2018 de 17h à 19h

 

Couverture “Work and learn while you sleep”, Science and invention

Cette séance finale, construite autour du paradigme des technologies d’emprise, se recentre sur la peur (et la paranoïa) récurrente du contrôle et de l’invasion par la technique, comme l’étudie actuellement le théoricien des médias Jeffrey Sconce dans son projet à venir sur la technical delusion ou encore le théoricien de la littérature Yves Citton dans son analyse récente de la « médiarchie ».

 

Intervenants

  • Yves Citton (université Paris 8)
  • Jeffrey Sconce (université Northwestern)


Yves Citton 

Titre : Invaders from the Inside

Abstract: 

Where is one to locate “power” when speaking of media (or of “mediarchy”)? Inside, rather than above, as it is the case in our imaginary of political power (the King, the President, the boss), or rather than below, as it is the case in the Marxist economic theory of the infra-structures. The power of the media is not so much ubiquitous as it is intra-structural. Invasive media invade us from the inside! What can that mean? That is what this talk will attempt to figure out, first in presenting a few general theses, then in opening the discussion on their validity.

 

Jeffrey Sconce

Titre : The System

Abstract : 

Electronics can be thought of as the politics of electricity, a social dynamic of particular concern to those deemed  “mad,” “insane,” and “psychotic” over the past two centuries.  This talk examines the historical power(s) imagined to be behind the biopolitical drive toward invasive electronics, a paranoid project that often concretizes the metaphorical association of the body and the “body politic.”  From the 19th-century asylum to the “Truman Show Delusion,” the “mad” have demonstrated a frequently cogent suspicion, not only of media technologies, but also of the larger “systems” believed to develop and enforce a politics of the electronic.  

 

Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari
Institut national d’histoire de l’art
6, rue des Petits-Champs ou 2, rue Vivienne
75002 Paris

Entrée libre

Les médias prophétiques

 

L’Institut national d’histoire de l’art,

 

Fleur Hopkins (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/BnF),
Pierre-Jacques Pernuit (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
Alessandra Ronetti (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/École normale supérieure de Pise)

 

ont le plaisir de vous convier à la deuxième séance du séminaire

 

Médias imaginaires : Les Médias prophétiques

vendredi 19 octobre 2018 de 15h à 19h

 

 

Le “Spiritoscope”, Robert Hare, “Experimental Investigation of the Spirit Manifestations, Demonstrating the Existence of Spirits and Their Communion with Mortals”, New York, Partridge and Brittan, 1856.

 

Cette séance accorde une place de choix à un aspect fondateur des études sur les médias imaginaires : les capacités « médiumniques » et supranaturelles des médias imaginaires, entre « occulture » et spectacularisation de la société.

 

Intervenants : 

Simone Natale, (Université de Loughborough), « Amazon can read your mind: A media archaeology into the imaginary of digital media ».

In parapsychology, the ability to gain information about others’ thoughts through extrasensory perception is called mind reading. Since this term was introduced in the second half of the nineteenth century, however, it has been employed in very different contexts, too. In the field of computer science, technologies programmed to understand and react to people’s emotions and mental states have been described as “mind reading computers.” Likewise, algorithms that allow one to anticipate the behavior of users and consumers and provide them with tailored offers and services –such as Google ads or Amazon’s “anticipatory shipping”- have also been assimilated within the mind reading hermeneutic. How can we explain this complex intertwining between technology and the occult? The talk addresses this question by locating the association between digital media technologies and the imaginary of mind reading within the development of cybernetics and Artificial Intelligence in the 1940s-50s, when researchers such as Claude Shannon started to present computer programs as “mind reading machines.” Addressing the idea of mind reading computers provides a viewpoint into the ways notions and narratives related to the supernatural enter the cultural imaginary of digital media and technologies.

Simone Natale is a Lecturer in Communication and Media Studies at Loughborough University, UK. He is the author of Supernatural Entertainments: Victorian Spiritualism and the Rise of Modern Media Culture (Penn State University Press, 2016, paperback 2017) and the editor, with Nicoletta Leonardi, of Photography and Other Media in the Nineteenth Century, also published by Penn State University Press (2018). He is presently working on a monograph about the cultural history of the Turing Test.

Philippe Baudouin,  (France Culture), « Gaston Bachelard au pays des voix. Science, radio et télépathie ».

Lorsque Gaston Bachelard, philosophe et poète, donne en 1949 une causerie sur la rêverie et la radio, il livre à ses auditeurs un véritable manifeste. A la fois conférence étonnante et expérimentation sonore, l’intervention de Bachelard propose avec malice et ironie de développer un imaginaire des ondes, à mi-chemin entre le monde de la technique et celui de la télépathie. “Radiodiffuser les principes de la rêverie”, expérimenter le “rêve éveillé” : tels sont quelques-uns des mots d’ordre du philosophe pour qu’advienne enfin une utopie des ondes.

Philippe Baudouin est philosophe, réalisateur à France Culture et membre du Groupe de recherche sur la culture de Weimar (Maison des Sciences de l’Homme-Paris Nord). Il est l’auteur d’Au microphone: Dr. Walter Benjamin (MSH,2009) et a dirigé la publication du recueil Écrits radiophoniques de Walter Benjamin (Allia, 2014). Par ailleurs, ses recherches sur l’histoire de l’occultisme l’ont amené à publier Les Forces de l’ordre invisible. Émile Tizané (1901-1982), un gendarme sur les territoires de la hantise (Le Murmure, 2016). Il prépare actuellement une anthologie sonore des phénomènes occultes, à paraître sur le label Sub Rosa.

 

Institut national d’histoire de l’art Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari

 

2 rue Vivienne ou 6 rue des Petits-Champs, 75002 Paris

 

Métro : Bourse ou Palais-Royal

 

 

Les médias anticipatifs

 

L’Institut national d’histoire de l’art,

Fleur Hopkins (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/BnF),
Pierre-Jacques Pernuit (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
Alessandra Ronetti (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/École normale supérieure de Pise)

ont le plaisir de vous convier à la première séance du séminaire

Médias imaginaires : Les Médias anticipatifs

lundi 1er octobre 2018 de 15h à 18h

L’histoire de l’art s’ouvre depuis quelques années maintenant à la discipline méconnue de l’archéologie des médias. Fort de ce constat, le projet Médias imaginaires entend réfléchir au concept central de « médias imaginaires » c’est-à-dire des appareils et instruments qui n’ont jamais vu le jour car irréalisables, sont restés au stade de brouillons, de concepts ou qui n’existent que dans l’imaginaire d’écrivains et d’artistes. Cette vie rêvée des appareils peut prendre trois formes: des médias anticipatifs tournés vers le futur imaginaire ou possible des artefacts que nous connaissons aujourd’hui ; des médias invasifs et autres appareils d’emprise qui prennent le contrôle de l’utilisateur; des médias prophétiques, capables de communiquer avec les mondes invisibles.

Albert Robida, Un commutateur transportait instantanément au fond de l’Asie, faisant apparaître…, illustration de Camille Flammarion, La fin du monde, Paris, E. Flammarion, 1894

Ce projet, porté par l’association IMAGO, comprend l’organisation de plusieurs activités scientifiques et de manifestations publiques au cours des quatre mois de résidence, notamment un séminaire de recherche international en trois séances, une exposition dans la salle dédiée au projet (salle Roberto Longhi, galerie Colbert) et un atelier avec Tony Oursler (sous réserve). 

Cette séance introductive porte sur la possibilité d’étudier des médias parfaitement imaginaires, tel que l’a préconisé Kluitenberg, figure essentielle de l’Archéologie des médias et à l’origine de l’ouvrage fondateur The Book of Imaginary Media. Excavating the Dream of the Ultimate Communication Medium en 2006.

Intervenant : Eric Kluitenberg (Dutch Art Institute, Pays-Bas), « On the Art of Imaginary Media »

Institut national d’histoire de l’art Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari

2 rue Vivienne ou 6 rue des Petits-Champs, 75002 Paris

Métro : Bourse ou Palais-Royal

 

S5 Conclusion du séminaire “Cultures visuelles”

L’association IMAGO a le plaisir de vous inviter à la séance de conclusion de son séminaire « Cultures visuelles », qui se déroulera le mercredi 18 avril 2018, à 18h, en salle VASARI (INHA – Galerie Colbert – 2, rue Vivienne – 1e étage).

Cette séance vise à réfléchir aux rapports entre l’Histoire des arts et les Études visuelles, en mettant tout particulièrement l’accent sur leurs apports réciproques et plus spécifiquement sur la contribution de la première aux Études visuelles.
Ensuite, nous aborderons la question du positionnement des Media studies et de l’Archéologie des médias par rapport aux Etudes visuelles et nous interrogerons la notion de “cultures visuelles”. 

Les organisateur-e-s recevront à cette occasion Antonio Somaini, co-auteur de l’ouvrage Cultura visuale. Immagini, sguardi, media, dispositivi (Torino, Einaudi, 2016) et espèrent vous y accueillir nombreuses et nombreux.

Antonio Somaini,  professeur en études cinématographiques, études visuelles, théorie des médias à l’Université Paris 3, présentera une conférence intitulée : « L’historicité de la vision : culture visuelle, histoire de l’art, théorie des médias ».

Dès ses premières occurrences dans les écrits de Béla Balázs et de László Moholy-Nagy, le concept de « culture visuelle » est étroitement lié à l’idée que vision et visible sont historiquement déterminés, et que leur historicité est liée à celle des appareils et des dispositifs qui encadrent l’acte de voir et tracent le partage entre visible et invisible. Nous reviendrons sur cette question qui est encore au cœur des études sur la culture visuelle, en croisant des références provenant de l’histoire de l’art (Riegl, Wölfflin, Panofsky, Baxandall, Alpers) ainsi que de l’histoire des théories de la photographie, du cinéma et des médias (Balász, Benjamin, Epstein, Kracauer, Moholy-Nagy, Vertov).

L’équipe organisatrice :

Alessandra Ronetti

Fleur Hopkins

Pierre-Jacques Pernuit

S3 « DISPOSITIFS » DU SÉMINAIRE « CULTURES VISUELLES »

La troisième séance du séminaire « Cultures visuelles » de l’association IMAGO se déroulera le mercredi 7 mars 2018, à 18h, en salle INGRES (INHA – Galerie Colbert – 2, rue Vivienne – 2e étage).

L’association IMAGO a le plaisir de vous inviter à la troisième séance de son séminaire de recherche qui présentera cette fois la notion de « DISPOSITIFS ». Elle illustrera comment les études visuelles ont abordé la question du dispositif, en évoquant la querelle dans les études cinématographiques, jusqu’à l’essor plus récent de l’écranotologie, de la techno-esthétique et aussi la réévaluation de cette notion, dans le cadre de l’archéologie des médias. Les organisateur-e-s recevront à cette occasion Maxime Boidy, auteur de l’ouvrage Les études visuelles (PUV, 2017) et espèrent vous y accueillir nombreuses et nombreux.

 

Alessandra Ronetti, doctorante à l’Université Paris 1 et à l’ENS de Pise modèrera la séance et présentera la notion de « DISPOSITIFS ».

Maxime Boidy,  chercheur postdoctoral associé au LabToP – CRESPPA (UMR 7217), présentera quant à lui une conférence intitulée : « Dispositif, technique et culture », dans laquelle il montrera comment la notion plurielle de dispositif permet aux études visuelles de penser le rapport social et sociopolitique entre des individus médiatisé par des images.

La notion de dispositif occupe une place à part au sein des études de culture visuelle. Il s’agit en effet d’un concept marqué par une histoire visuelle dont les origines remontent au concept chrétien d’« économie ». Incontournable dans d’autres domaines des études culturelles, elle invite à réfléchir aux idées attenantes de technique et de culture afin de penser la relation du corps sensible à l’environnement social et politique.

Maxime Boidy est actuellement chercheur postdoctoral associé au LabToP – CRESPPA (UMR 7217). Il a soutenu en 2014 une thèse de sociologie sur la culture visuelle et l’iconographie politique de la tactique d’action urbaine du black bloc. Ses travaux portent principalement sur l’histoire intellectuelle des savoirs visuels et sur les esthétiques de la représentation politique. Traducteur de plusieurs ouvrages du théoricien étasunien des Visual Studies W.J.T. Mitchell, parmi lesquels Iconologie : image, texte, idéologie (Les prairies ordinaires, 2009), il a récemment publié Les Études visuelles (Presses universitaires de Vincennes, 2017).

L’épique organisatrice :

Alessandra Ronetti

Fleur Hopkins

Pierre-Jacques Pernuit

 

S3 « DISPOSITIFS » du séminaire « Cultures visuelles »

BIBLIOGRAPHIES

 

S2 “REGARDS” DU SÉMINAIRE “CULTURES VISUELLES”

La deuxième séance du séminaire “Cultures visuelles” de l’association IMAGO se déroulera le mercredi 7 février 2018 à 18h en salle CIRHAC (Galerie Colbert – 2, rue Vivienne – Paris 2e – 1er étage).

L’association IMAGO a le plaisir de vous inviter à la deuxième séance de son séminaire de recherche en cultures visuelles qui présentera la notion de « REGARDS » et illustrera comment les études visuelles permettent de faire l’histoire de la construction du regard en utilisant aussi l’imagerie populaire et la petite imagerie. Les organisateur-e-s recevront à cette occasion Patrick Peccatte, informaticien, co-initiateur du projet PhotosNormandie, chercheur en culture visuelle (redocumentarisation, pulps & comics, théories de la fiction, métadonnées…), et espèrent vous y accueillir nombreuses et nombreux.

Fleur Hopkins, doctorante à l’Université Paris 1 et chercheuse associée au Département Sciences et Techniques de la Bibliothèque Nationale de France, introduira la séance avec une analyse de la notion de « REGARDS ».

Les taxonomies-clefs de « paradigme visuel », « d’épistémè » et de « régime scopique », appliquées au passage du siècle, seront mobilisées au travers d’un cas d’étude : celui de la science-fiction ancienne. Cette étude sera l’occasion de souligner comment certains chercheurs (Milner, Smajic, Goulet) utilisent les spectacles oculaires, les théories d’optique physiologique et l’histoire de la vision pour mettre au jour des productions littéraires et, inversement, comment certaines œuvres romanesques permettent d’identifier un paradigme visuel propre à la fin de siècle et à son nouvel horizon oculaire.

Patrick Peccatte, présentera quant à lui une conférence intitulée : « L’imagerie des dinosaures dans les pulp magazines et les comics », dans laquelle il montrera comment les études visuelles peuvent s’étendre aux manifestations imagées de la culture populaire.

Les pulps et les comics ont abondamment représenté des dinosaures dans les histoires qu’ils proposaient, et ces illustrations ont largement contribué à construire la fascination qu’ils exercent dans la culture ordinaire ainsi que les thématiques narratives dans lesquelles ils interviennent. Pour repérer et qualifier les principales thématiques qui se dégagent, il est nécessaire d’examiner attentivement de vastes corpus d’images.
L’exposé décrit le résultat d’une enquête visuelle portant sur une collection de plus de 2000 images sourcées extraites de pulps et de comics complétée par quelques dizaines d’images provenant d’autres supports. Le corpus documenté ainsi rassemblé a été analysé afin d’identifier les figures visuelles récurrentes. À titre d’exemple, on peut mentionner les catégories suivantes : les illustrations à prétentions scientifiques, les prospectives sur les trucages cinématographiques, les dinosaures participant à une guerre, les dinosaures extraterrestres, les dinosaures cosmonautes, les mondes fossiles survivants, les dinosaures congelés, les bébés dinosaures, les voyages dans le temps, les figurations amusantes destinées aux enfants (funnies), les formes atypiques (dinosaures miniaturisés, tachetés, colorés, invisibles, à deux têtes, etc.), les “hybridations” de formes (avec des monstres marins, avec des dragons, avec des robots, les chimères dinosaures-humains, etc.), les “hybridations” narratives (dans des histoires de super-héros, dans des westerns, avec des “jungle girls” ou des “cave girls”- y compris dans des situations érotiques), etc.

Organisation

Fleur Hopkins
Pierre-Jacques Pernuit
Alessandra Ronetti

S1 « IMAGES » DU SÉMINAIRE « CULTURES VISUELLES »

Première séance du Séminaire d’IMAGO, 31 janvier 2018, INHA, salle Vasari, 18h-20h

L’association IMAGO a le plaisir de vous inviter à la première séance de son séminaire de recherche en cultures visuelles qui se déroulera le mercredi 31 janvier de 18h à 20h en salle Vasari (Galerie Colbert – 2, rue Vivienne – Paris 2ème – 1er étage) :

  • Pascal Rousseau, professeur d’Histoire de l’art contemporain à l’Université Paris 1, introduira la séance avec une analyse de la notion d’« IMAGES ».

S1 “IMAGES” DU SÉMINAIRE “CULTURES VISUELLES”

BIBLIOGRAPHIES

Appel à contributions

06 | 2024 Images opérationnelles : agencements utilitaires des images en mouvement

Rédacteurs en chef du numéro

Guilherme Machado (Université de Poitiers) — Antoine Prévost-Balga (Université de Francfort / Sorbonne Nouvelle Paris 3) — Anne-Katrin Weber (Université de Bâle)

Appel en cours 06 | 2024

Résumé de l’appel

Depuis deux décennies, la théorie des images et des médias s’intéresse à une dimension « opérationnelle » des images qui se distingue des approches classiques des « représentations » visuelles et audiovisuelles. En décrivant les usages militaires et industriels des technologies visuelles numériques, Harun Farocki a introduit le terme d’« images opérationnelles » pour désigner des images qui « ne représentent pas un objet, mais font plutôt partie d’une opération » (Farocki, 2004). Simultanément, d’autres auteur·ices se sont intéressé·e·s à l’« opérativité » des images, explorant leur pouvoir d’agir, leurs dynamiques intrinsèques et la manière dont elles prennent une part active dans des agencements sociaux et matériels. Dans les études visuelles, W. J. T. Mitchell a proposé, par opposition à une rhétorique ou à une herméneutique, une réflexion sur la vie propre aux images, comprenant « les idoles et les fétiches anciens jusqu’aux images techniques et aux formes de vie artificielles, cyborgs et autres clones » (Mitchell, 2014 : 18). Au sein des études cinématographiques, des historien·ne·s ont montré que les films industriels ne sont pas seulement des témoignages historiques biaisés du travail : en tant qu’images participant à la régulation des conditions épistémiques de la production marchande, ils sont aussi des « traces des formes d’organisation sociale et industrielle qu’ils servirent autrefois » (Hediger et Vonderau, 2009 : 11).

Ce numéro d’Images secondes s’inscrit dans les débats internationaux sur les images opérationnelles. Il prend comme point de départ et objet de réflexion la question de l’agentivité (agency) du visuel, des dispositifs d’image et des appareils de vision, en s’intéressant particulièrement à quatre contextes de déploiement des images opérationnelles, à savoir les contextes militaire, industriel, médical et scientifique.

Bien que les travaux dans ces domaines ne se réfèrent pas systématiquement à la notion d’image opérationnelle telle qu’elle a été discutée en particulier à la suite de Farocki, ils contribuent tous à une meilleure compréhension de l’opérativité des images et de leur agentivité au sein de contextes institutionnels divers. Ainsi, dans un récent article qui propose un survol des différentes approches de l’image opérationnelle, Aud Sissel Hoel constate que la théorie des images et des médias se dirige vers un changement de paradigme, avec une multiplicité de tentatives de développement d’une « base opérationnelle pour comprendre les images » (Hoel, 2018).

Malgré l’importance de ces débats au niveau international, les recherches en études cinématographiques francophones sont encore très peu portées par des approches historiques, esthétiques ou médiatiques qui prennent en compte les images opérationnelles. Cela semble être dû, d’une part, à une barrière linguistique (ces débats se déroulant principalement en anglais et en allemand) et, d’autre part, à une persistante clôture disciplinaire qui, en France, cloisonne souvent les études « esthétiques » du cinéma à des pratiques artistiques qui seraient imperméables aux images « utilitaires ».

Ce numéro de revue sur les images opérationnelles tentera d’établir un pont entre la recherche francophone et internationale autour du paradigme opérationnel des images, en proposant des traductions de textes clés de ce débat et en rassemblant des contributions récentes de chercheur·ses francophones travaillant sur la question.

Comité scientifique du numéro

Emmanuel Alloa (Université de Fribourg) — Christa Blümlinger (Université Paris 8) — Mireille Berton (Université de Lausanne) — Estelle Blaschke (Université de Bâle) — Jean-Michel Durafour (Université d’Aix-Marseille) — Bernard D. Geoghegan (King’s College London) — Vinzenz Hediger (Université de Francfort) — Alice Leroy (Université Gustave Eiffel) — Volker Pantenburg (Université de Zurich) — Marie Sandoz (Université de Bâle), Antonio Somaini (Université Paris 3) — Dork Zabunyan (Université Paris 8) — Yvonne Zimmerman (Université de Marburg)

 

Comité scientifique du numéro

Emmanuel Alloa (Université de Fribourg) — Christa Blümlinger (Université Paris 8) — Mireille Berton (Université de Lausanne) — Estelle Blaschke (Université de Bâle) — Jean-Michel Durafour (Université d’Aix-Marseille) — Bernard D. Geoghegan (King’s College London) — Vinzenz Hediger (Université de Francfort) — Alice Leroy (Université Gustave Eiffel) — Volker Pantenburg (Université de Zurich) — Marie Sandoz (Université de Bâle), Antonio Somaini (Université Paris 3) — Dork Zabunyan (Université Paris 8) — Yvonne Zimmerman (Université de Marburg)

Carnet de l’Association IMAGO – CULTURES VISUELLES (Paris, 2018)

L’association IMAGO – CULTURES VISUELLES a le plaisir de lancer un appel à publications pour son carnet en ligne, hébergé sur la plateforme Hypothèse.

Nous invitons les personnes intéressées à nous envoyer des propositions de comptes rendus d’expositions, d’ouvrages ou encore de projets de recherche, qui abordent la question des cultures visuelles, des études visuelles et de l’archéologie des médias, privilégiant surtout l’époque contemporaine (XIXe-XXIe siècles).

Nous publions aussi sur notre carnet les annonces de colloques, de séminaires et de journées d’étude en lien avec les cultures visuelles.

Les jeunes chercheur.e.s de tous les champs disciplinaires rattachés aux sciences humaines et sociales sont particulièrement encouragé.e.s à envoyer leurs propositions d’articles.

Les propositions peuvent être envoyées toute l’année au comité de rédaction, en français, en italien et en anglais à l’adresse : imagocv.contact@gmail.com.

Les contributions finales ne pourront dépasser les 10.000 signes (espaces inclus). Elles pourront être accompagnées d’illustrations, ainsi que d’une bibliographie.

Pour de plus amples informations sur le carnet IMAGO – CULTURES VISUELLES et les modalités de soumission, veuillez-vous référer aux indications disponibles sur https://imagocv.hypotheses.org.

Appel à contributions

IMAGO | Cultures Visuelles

Ce carnet de recherche a pour vocation principale la valorisation des activités scientifiques (ateliers, séminaires etc.) organisées par IMAGO, association de recherche en cultures visuelles (XIXe-XXe siècles) créé en 2017 au sein de l’axe de recherche « cultures visuelles » du laboratoire HICSA de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Labex CAP). IMAGO se donne pour mission de témoigner de l’ouverture de l’Histoire de l’art à des disciplines ou à des méthodologies de travail émergentes telles que l’archéologie des media, les études visuelles, les études populaires et plus largement les études culturelles.

Notre intention est de mettre à disposition des étudiant-e-s, doctorant-e-s, docteur-e-s et chercheur-e-s confirmés une plateforme d’échange interdisciplinaire visant à diffuser les savoirs et les questionnements nombreux que soulèvent ces nouveaux horizons de la recherche autour d’une notion ouverte et plurielle de « culture visuelle ».

À cet égard, nous souhaitons animer ce carnet par une veille d’actualités, sous forme de notes ou de compte-rendus, afin de diffuser les informations concernant les projets de recherche, colloques, ouvrages ou expositions. Enfin, ce carnet propose la publication régulière d’outils et de ressources bibliographiques ainsi que la construction d’un réseau interuniversitaire.