Séminaire “Médias imaginaires” (oct. 2018-déc. 2018)

 

 

 

 

 

Les Médias invasifs

 

L’Institut national d’histoire de l’art,

Fleur Hopkins (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/BnF),
Pierre-Jacques Pernuit (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
Alessandra Ronetti (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/École normale supérieure de Pise)

 

ont le plaisir de vous convier à la troisième séance du séminaire

 

Médias imaginaires : Les Médias invasifs

jeudi 6 décembre 2018 de 17h à 19h

 

Couverture “Work and learn while you sleep”, Science and invention

Cette séance finale, construite autour du paradigme des technologies d’emprise, se recentre sur la peur (et la paranoïa) récurrente du contrôle et de l’invasion par la technique, comme l’étudie actuellement le théoricien des médias Jeffrey Sconce dans son projet à venir sur la technical delusion ou encore le théoricien de la littérature Yves Citton dans son analyse récente de la « médiarchie ».

 

Intervenants

  • Yves Citton (université Paris 8)
  • Jeffrey Sconce (université Northwestern)


Yves Citton 

Titre : Invaders from the Inside

Abstract: 

Where is one to locate “power” when speaking of media (or of “mediarchy”)? Inside, rather than above, as it is the case in our imaginary of political power (the King, the President, the boss), or rather than below, as it is the case in the Marxist economic theory of the infra-structures. The power of the media is not so much ubiquitous as it is intra-structural. Invasive media invade us from the inside! What can that mean? That is what this talk will attempt to figure out, first in presenting a few general theses, then in opening the discussion on their validity.

 

Jeffrey Sconce

Titre : The System

Abstract : 

Electronics can be thought of as the politics of electricity, a social dynamic of particular concern to those deemed  “mad,” “insane,” and “psychotic” over the past two centuries.  This talk examines the historical power(s) imagined to be behind the biopolitical drive toward invasive electronics, a paranoid project that often concretizes the metaphorical association of the body and the “body politic.”  From the 19th-century asylum to the “Truman Show Delusion,” the “mad” have demonstrated a frequently cogent suspicion, not only of media technologies, but also of the larger “systems” believed to develop and enforce a politics of the electronic.  

 

Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari
Institut national d’histoire de l’art
6, rue des Petits-Champs ou 2, rue Vivienne
75002 Paris

Entrée libre

Les médias prophétiques

 

L’Institut national d’histoire de l’art,

 

Fleur Hopkins (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/BnF),
Pierre-Jacques Pernuit (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
Alessandra Ronetti (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/École normale supérieure de Pise)

 

ont le plaisir de vous convier à la deuxième séance du séminaire

 

Médias imaginaires : Les Médias prophétiques

vendredi 19 octobre 2018 de 15h à 19h

 

 

Le “Spiritoscope”, Robert Hare, “Experimental Investigation of the Spirit Manifestations, Demonstrating the Existence of Spirits and Their Communion with Mortals”, New York, Partridge and Brittan, 1856.

 

Cette séance accorde une place de choix à un aspect fondateur des études sur les médias imaginaires : les capacités « médiumniques » et supranaturelles des médias imaginaires, entre « occulture » et spectacularisation de la société.

 

Intervenants : 

Simone Natale, (Université de Loughborough), « Amazon can read your mind: A media archaeology into the imaginary of digital media ».

In parapsychology, the ability to gain information about others’ thoughts through extrasensory perception is called mind reading. Since this term was introduced in the second half of the nineteenth century, however, it has been employed in very different contexts, too. In the field of computer science, technologies programmed to understand and react to people’s emotions and mental states have been described as “mind reading computers.” Likewise, algorithms that allow one to anticipate the behavior of users and consumers and provide them with tailored offers and services –such as Google ads or Amazon’s “anticipatory shipping”- have also been assimilated within the mind reading hermeneutic. How can we explain this complex intertwining between technology and the occult? The talk addresses this question by locating the association between digital media technologies and the imaginary of mind reading within the development of cybernetics and Artificial Intelligence in the 1940s-50s, when researchers such as Claude Shannon started to present computer programs as “mind reading machines.” Addressing the idea of mind reading computers provides a viewpoint into the ways notions and narratives related to the supernatural enter the cultural imaginary of digital media and technologies.

Simone Natale is a Lecturer in Communication and Media Studies at Loughborough University, UK. He is the author of Supernatural Entertainments: Victorian Spiritualism and the Rise of Modern Media Culture (Penn State University Press, 2016, paperback 2017) and the editor, with Nicoletta Leonardi, of Photography and Other Media in the Nineteenth Century, also published by Penn State University Press (2018). He is presently working on a monograph about the cultural history of the Turing Test.

Philippe Baudouin,  (France Culture), « Gaston Bachelard au pays des voix. Science, radio et télépathie ».

Lorsque Gaston Bachelard, philosophe et poète, donne en 1949 une causerie sur la rêverie et la radio, il livre à ses auditeurs un véritable manifeste. A la fois conférence étonnante et expérimentation sonore, l’intervention de Bachelard propose avec malice et ironie de développer un imaginaire des ondes, à mi-chemin entre le monde de la technique et celui de la télépathie. “Radiodiffuser les principes de la rêverie”, expérimenter le “rêve éveillé” : tels sont quelques-uns des mots d’ordre du philosophe pour qu’advienne enfin une utopie des ondes.

Philippe Baudouin est philosophe, réalisateur à France Culture et membre du Groupe de recherche sur la culture de Weimar (Maison des Sciences de l’Homme-Paris Nord). Il est l’auteur d’Au microphone: Dr. Walter Benjamin (MSH,2009) et a dirigé la publication du recueil Écrits radiophoniques de Walter Benjamin (Allia, 2014). Par ailleurs, ses recherches sur l’histoire de l’occultisme l’ont amené à publier Les Forces de l’ordre invisible. Émile Tizané (1901-1982), un gendarme sur les territoires de la hantise (Le Murmure, 2016). Il prépare actuellement une anthologie sonore des phénomènes occultes, à paraître sur le label Sub Rosa.

 

Institut national d’histoire de l’art Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari

 

2 rue Vivienne ou 6 rue des Petits-Champs, 75002 Paris

 

Métro : Bourse ou Palais-Royal

 

 

Les médias anticipatifs

 

L’Institut national d’histoire de l’art,

Fleur Hopkins (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/BnF),
Pierre-Jacques Pernuit (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
Alessandra Ronetti (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/École normale supérieure de Pise)

ont le plaisir de vous convier à la première séance du séminaire

Médias imaginaires : Les Médias anticipatifs

lundi 1er octobre 2018 de 15h à 18h

L’histoire de l’art s’ouvre depuis quelques années maintenant à la discipline méconnue de l’archéologie des médias. Fort de ce constat, le projet Médias imaginaires entend réfléchir au concept central de « médias imaginaires » c’est-à-dire des appareils et instruments qui n’ont jamais vu le jour car irréalisables, sont restés au stade de brouillons, de concepts ou qui n’existent que dans l’imaginaire d’écrivains et d’artistes. Cette vie rêvée des appareils peut prendre trois formes: des médias anticipatifs tournés vers le futur imaginaire ou possible des artefacts que nous connaissons aujourd’hui ; des médias invasifs et autres appareils d’emprise qui prennent le contrôle de l’utilisateur; des médias prophétiques, capables de communiquer avec les mondes invisibles.

Albert Robida, Un commutateur transportait instantanément au fond de l’Asie, faisant apparaître…, illustration de Camille Flammarion, La fin du monde, Paris, E. Flammarion, 1894

Ce projet, porté par l’association IMAGO, comprend l’organisation de plusieurs activités scientifiques et de manifestations publiques au cours des quatre mois de résidence, notamment un séminaire de recherche international en trois séances, une exposition dans la salle dédiée au projet (salle Roberto Longhi, galerie Colbert) et un atelier avec Tony Oursler (sous réserve). 

Cette séance introductive porte sur la possibilité d’étudier des médias parfaitement imaginaires, tel que l’a préconisé Kluitenberg, figure essentielle de l’Archéologie des médias et à l’origine de l’ouvrage fondateur The Book of Imaginary Media. Excavating the Dream of the Ultimate Communication Medium en 2006.

Intervenant : Eric Kluitenberg (Dutch Art Institute, Pays-Bas), « On the Art of Imaginary Media »

Institut national d’histoire de l’art Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari

2 rue Vivienne ou 6 rue des Petits-Champs, 75002 Paris

Métro : Bourse ou Palais-Royal

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.